« Le Tao donne nais­sance au Un,

Le Un donne nais­sance au Deux,

Le Deux donne nais­sance au Trois

Le Trois donne nais­sance à tous les êtres. »

Lao Tseu – CHAPITRE 42 DU DAO DE JING

Rien n’é­chappe à cette loi qui génère l’univers…

On dis­tingue 3 che­mins dans cette pratique :

  1. Le che­min dit du Guer­rier (Jing)
  2. Le che­min dit du Thé­ra­peute (Qi)
  3. Le che­min dit du Sage (Shen)
Jing, Qi & Shen 精氣神 : les 3 Tré­sors de la tra­di­tion taoïste

Quelle est la différence entre les 3 chemins du Qi Gong ?

Il est cou­rant de ren­trer par le che­min dit du guerrier/guerrière, de nature Yang. Nous ne fai­sons pas réfé­rence au guer­rier dans son sens clas­sique même si les arts mar­tiaux sont sou­vent le point d’en­trée de cette voie. Celle-ci est carac­té­ri­sée par son aspect volon­taire et fait appel à nos efforts ou Gong. C’est une période qui est en géné­ral assez longue… sou­vent plu­sieurs décen­nies (ça semble long mais deman­dez à n’im­porte quel musi­cien com­bien de temps il faut pour avoir une bonne maî­trise de son ins­tru­ment). C’est le niveau de la Terre « Di » 地.

Tout tra­vail, tout métier, tout art, exige un entraî­ne­ment pour que « l’œuvre » réus­sisse. Certes, nous le savons tous et cha­cun de nous, à tra­vers l’épreuve de l’existence, s’instruit et s’exerce, inté­grant ses propres expé­riences. Cepen­dant, on ignore le plus sou­vent que ceci est éga­le­ment valable pour la réus­site de l’œuvre la plus impor­tante de notre vie : la réa­li­sa­tion de notre Être.

Karl­fried Graf Dürckheim

Le che­min du thé­ra­peute est dit Yin. C’est un point d’en­trée plus dis­cret mais basé sur l’é­coute et le déve­lop­pe­ment des sens sub­tils. C’est le moment où le Qi Gong com­mence à mani­fes­ter ses aspects thé­ra­peu­tiques en pro­fon­deur. Comme une lame de fond, on se sent por­té presque sans efforts dans notre pra­tique et les résul­tats sont sou­vent éton­nants sur le plan de la san­té tant phy­sique que men­tale. C’est le niveau de l’Hu­ma­ni­té « Ren » 仁.

Le che­min du sage est décon­cer­tant. A ce stade, tout semble se réa­li­ser sans efforts. Et s’il y a effort, il est d’une jus­tesse et d’une sim­pli­ci­té remar­quables. C’est en quelque sorte une récom­pense pour le che­min par­cou­ru. Le sym­bole de cette réa­li­sa­tion spon­ta­née se nomme Wu Wei 無爲. C’est le niveau des Immor­tels « Xian » 仙.

Par quel chemin commencer ?

Même s’il semble y avoir une chro­no­lo­gie pour ces 3 che­mins, en réa­li­té ils n’en forment qu’un et sont inti­me­ment liés. L’i­mage d’un sculp­teur qui va, dans un pre­mier temps, cher­cher sa pierre dans la nature (1) puis com­men­cer à la sculp­ter (2) pour finir par la polir (3) nous donne une image du tra­vail à four­nir au fur et à mesure de nos pro­grès. 

Bonne route !

Mohammed Saïah

Auteur / Enseignant de Qi Gong - Nei Gong chez Atelier Qiétude
Passionné par la tradition chinoise et les arts énergetiques de préservation de la santé (Yang Sheng) j'anime ce site et écris des articles sur le site de l'Atelier Qiétude (www.cours-qigong.fr) quand je ne suis pas en train d'enseigner le Qi Gong / Nei Gong à Nantes.

Copyright : Les liens vers nos articles sont appréciés mais aucune copie n'est permise sans notre consentement écrit.

Les derniers articles par Mohammed Saïah (tout voir)

A explorer :

error: Alerte : contenu protégé par droits d'auteur !