Chronique d’un voyage en Chine : aux sources du Daoïsme partie 1

Dif­fi­cile de mettre des mots sur ce pre­mier voyage en Chine orga­ni­sé par l’A­te­lier Qié­tude ! Nous avons eu la chance d’être gui­dés de main de maître par Emma­nuel Agle­ti­ner, un ami de longue date, qui a excel­lé tant dans sa maî­trise de la langue que par sa connais­sance de la culture chi­noise. Notre joyeuse équipe s’est fau­fi­lée telle un joyeux dra­gon au sein de la foule, sans effort et avec un ravis­se­ment de chaque instant.

Des mon­tagnes majes­tueuses du San Qin jus­qu’à Shan­ghai la ville du futur, sans oublier une ren­contre mémo­rable avec le prêtre Dan Zong Yi, on peut sans hési­ter par­ler d’une réus­site. C’est avec nos­tal­gie et satis­fac­tion que nous par­ta­geons avec vous cette aven­ture au coeur d’une Chine encore préservée…

Récit par Maël­la Caro & pho­tos de Moham­med Saïah.

Groupe voyage Chine 2016

Le séjour en Chine « Aux sources du Daoïsme » au jour le jour

Notre voyage débute au départ d’Or­ly le same­di 2 avril et après 12 h d’a­vion et nous voi­ci à l’autre bout de la terre !

Shan­ghaï, sous la pluie et le vent, prend des airs de Bre­tagne, nous ne sommes même pas dépay­sés, mais juste bien dépha­sés. Notre mini­bus nous attend pour conti­nuer notre voyage. 8 h de route dans le cra­chin et la nuit. Les pre­miers pay­sages chi­nois sont en noir et blanc. Villes dor­toirs ten­ta­cu­laires, cen­trales nucléaires et lignes à haute ten­sion, nous sommes bien dans la Chine d’au­jourd’­hui, ce que nous confirment les nom­breux camions trans­por­tant les contai­ners à des­ti­na­tion de l’Oc­ci­dent. Et oui, l’u­sine du monde n’est pas qu’une image.

Pre­mier repas dans un « rou­tier chi­nois » en bord d’au­to­route, et cre­vai­son. Pas de pneu à la sta­tion, mais qu’à cela ne tienne, une com­mande en pleine nuit, qui nous sera livrée 20 mn plus tard, et nous voi­là repartis !

Le voyage s’é­ter­nise, notre chauf­feur com­mence à don­ner des signes de fatigue. Heu­reu­se­ment Elo­die, notre « sal­tim­banque » nous entraîne à chanter…

« Vent frais, vent du matin, vent qui souffle au som­met de grands pins… »

La récom­pense est au bout du che­min, sor­tie d’au­to­route et nous voi­ci sou­dain plon­gés dans les bois et les col­lines. L’hô­tel Huz­hong Ju (le pavillon au milieu du lac) nous attend, mys­té­rieux dans la nuit. Et nous nous blot­tis­sons bien­tôt dans les lits luxueux de cet hôtel de rêve…

Voyage en Chine : hôtel Huzhong Ju

Lundi 4 avril : la récompense est au bout de la route !

Ouvrir les yeux sur un lac tran­quille, quelques pagodes entre les forêts de bam­bous et les plan­ta­tions de thé…nous voi­ci reve­nus plu­sieurs siècles en arrière. Oublié le noir et blanc de la nuit, nous nous réveillons en Tech­ni­co­lor. Éclo­sion des rho­do­den­drons, pousses vertes du prin­temps et chant des oiseaux…

Ce parc mer­veilleux accueille notre pre­mière pra­tique. Dao Yin et pos­ture (Zhan Zhuang), nous rechar­geons les bat­te­ries après ce long voyage…et nous créons bien sûr l’é­vé­ne­ment : mais d’ou sortent-ils, ces étran­gers ? Des enfants se joignent à nous, et nous nous fai­sons bien sûr tirer le por­trait sous tous les angles.

Nous com­men­çons la forme des 5 dra­gons de Wudang : Évo­ca­tion du Dra­gon, sa pré­sence dans la nature autour de nous, dans les courbes douces de ce parc val­lon­né, dans notre corps, sou­tient des trans­for­ma­tions et métamorphoses.

Déjeu­ner très chi­nois, et spé­cia­li­tés de la région : pois­son et pousses de bam­bous fraîches. L’a­près-midi nous pas­sons de l’autre côté de la col­line et retrou­vons la civi­li­sa­tion : Chang­shan, petite ville tran­quille. Nous y ferons notre pre­mière dégus­ta­tion de thé : le vert, tout frais, aux accents iodés de cette récolte de prin­temps puis le rouge, thé fer­men­té et plus cor­sé, qui une fois l’a­mer­tume pas­sée des pre­mières infu­sions, nous offre un par­fum de fleurs suaves tout à fait inattendu.

Nous par­tons le soir pour San­qing­shan (la mon­tagne des Trois Purs). Route sinueuse de lacs et de mon­tagnes, le cré­pus­cule tombe peu à peu. Mon­tagnes et nuages s’en­tre­lacent, la nuit s’in­vite pas à pas, vision douce de calligraphe.

Mardi 5 Avril : rencontre avec l’esprit de la Montagne du San Qing

Nous nous éveillons face aux mon­tagnes du San Qing, ber­ceau du taoïsme, et pré­pa­rons notre ascen­sion vers le som­met. La  » route du ciel » com­mence par une longue mon­tée en télé­phé­rique. Construit en 2008, il per­met main­te­nant d’ac­cé­der à ces mon­tagnes autre­fois inac­ces­sibles, sauf à quelques ermites, singes, tigres et bien sûr dra­gons de nuages. Nous sur­vo­lons des val­lées ver­ti­gi­neuses, à pic de gra­nit rose, tor­rents bouillon­nants et pentes cou­vertes de bam­bous et de rhododendrons.

Nous enta­mons ensuite nos 4 h de marche vers les som­mets. Si vous avez vu le film Ava­tar, vous aurez une idée des pay­sages que nous décou­vrons aujourd’hui.

Les sen­tiers et esca­liers sont tous neufs, construits à flan de mon­tagne, et nous offrent des visions épous­tou­flantes : enfi­lades de mon­tagnes effi­lo­chées de nuages. Tout au long de la jour­née, les San Qing se dévoilent et se cachent, nous atten­dons par­fois de longs moments pour sou­dain entre­voir des rocs géants aux formes d’a­ni­maux mythiques. L’apogée sera un gigan­tesque Boud­dha en médi­ta­tion, domi­nant des val­lées sans fond. Esca­liers ver­ti­gi­neux, pentes radi­cales, cer­tains se confrontent au ver­tige et peinent vers les sommets…mais tous s’ac­crochent, la route vers le ciel se mérite.

Voyage Chine 2016 Retour Source Dao 30

Une ter­rasse abritée…c’est le moment par­fait pour pra­ti­quer les 5 dra­gons de la tra­di­tion Long­men. Et sou­dain, ins­tant magique, les écu­reuils sont autour de nous, les oiseaux chantent au-des­sus de notre tête, la mon­tagne nous accueille en son sein. En fin de jour­née, nous décou­vrons un petit salon de thé sur une ter­rasse dans les nuages. Et une jeune chi­noise magni­fique nous offre alors un Gong Fu Cha (céré­mo­nie du thé) déli­cieux. Nous goû­tons à la récolte de prin­temps du thé sau­vage des montagnes…

Le temps se sus­pend dans ces mon­tagnes sacrées, et cha­cun goûte à son rythme ces ins­tants bénis. Nous redes­cen­dons bien conscients de la chance infi­nie qui nous a été offerte d’a­voir pu aujourd’­hui être ini­tiés par les San Qing, les trois purs de la tra­di­tion taoïste. Nous redes­cen­dons un peu cour­ba­tu­rés, et ivres de cette beau­té mystique.

De retour dans le vil­lage en bas de la mon­tagne un grand Ba Gua a été construit. Nous y ter­mi­nons notre jour­née par une pra­tique, en cercle autour de cet immense Tai Ji Tu.

Voyage Chine 2016 Retour Source Dao 34

Cette jour­née très par­ti­cu­lière res­te­ra gra­vée dans nos coeurs, avec le sen­ti­ment d’avoir été si pri­vi­lé­giés de pou­voir goû­ter à la grande séré­ni­té de ce lieu, ber­ceau des pra­tiques qui nous animent tous. Il est bon de pré­ci­ser qu’à notre arri­vée dans le vil­lage des mon­tagnes du San Qing il pleu­vait abon­dam­ment et qu’à notre grande sur­prise et celle des locaux qui nous disaient « vous avez vrai­ment de la chance », celle-ci s’est arrê­tée durant toute notre visite des mon­tagnes et à repris de plus belle après notre retour au vil­lage. Le Dra­gon nous a bien pro­té­gé tout au long du tra­jet à n’en pas douter !

Mercredi 6 avril : arrivée au monastère de Huang Daxian

Nous repar­tons aujourd’­hui vers Jin­hua, une petite ville de pro­vince de 5 mil­lions d’ha­bi­tants. Auto­route et morne plaine. Nous croi­sons des maraî­chages, beau­coup d’u­sines, et aus­si de grandes éten­dues d’eau où flottent de nom­breuses bou­teilles de plas­tiques, ali­gnées au cor­deau. Il s’a­git de la culture des perles d’eau douce, qui croissent tran­quille­ment dans des huîtres à l’a­bri de leur bouteille.

Cette région abrite aus­si des plan­ta­tions d’arbres et de bon­saïs géants, qui s’é­tendent à perte de vue de chaque côté de la route. Ceux-ci per­met­tront de construire des parcs autour des villes nou­velles, aux arbres déjà grands !

Nous arri­vons en début d’a­près midi au monas­tère de Huang Daxian, un lieu de culte taoïste dédié à l’im­mor­tel du « Pin rouge » Chi­song­zi. Dans la tra­di­tion taoïste, un immor­tel est un être réa­li­sé, qui a atteint un niveau supé­rieur d’é­veil. L’é­qui­valent d’un saint dans notre tra­di­tion occi­den­tale. Les fidèles viennent lui rendre hom­mage et lui deman­der de l’aide. Les offrandes per­met­tant en par­tie aux moines de sur­vivre. Niché en haut d’une mon­tagne, entou­ré de forêts et d’herbes sau­vages, le cri des poules et des paons alternent avec les gongs et cym­bales des offices. Calme et séré­ni­té de ce lieu nous rechargent après la route.

Le monas­tère nous a pré­pa­ré notre déjeu­ner végé­ta­rien, et nous sommes affa­més. Voi­ci arri­ver sur la table tour­nante pois­sons, cre­vettes, pou­let, sau­cisses et bien sûr de mul­tiples légumes sau­tés. Végé­ta­rien disiez-vous ? Nous décou­vrons avec stu­pé­fac­tion que tous ces mets ne sont que …pâte de soja, mou­lée et assai­son­née. C’est déli­cieux et très étonnant.

Menu Vegetarien

Visite des lieux. Le monas­tère s’é­tale sur tout un pan de mon­tagne. La pagode prin­ci­pale sur son espla­nade domine la val­lée, un immense lac/barrage et les mon­tagnes envi­ron­nantes. Les prêtres y animent les offices, chan­tant et jouant de bols et per­cus­sions, toge bleue ciel et toque noire, dans les volutes d’encens.

Plus loin, une petite pagode fume par toutes ses ouver­tures. C’est un « four à offrandes » où les fidèles viennent jeter fagots de bâton­nets d’en­cens et prières en papier. Des ran­gées de sta­tues à tête d’a­ni­maux, les 12 ani­maux de l’as­tro­lo­gie chi­noise, enru­ban­nés de rouge, offrandes là aus­si des fidèles. Puis nous nous enfon­çons dans les bois, et aper­ce­vons, cachées des regards, les rési­dences des moines.

Voyage Chine 2016 Retour Source Dao 41

Le soir nous des­cen­dons en ville et goû­tons une déli­cieuse et convi­viale fon­due chi­noise. Une grande mar­mite emplie de bouillon odo­rant occupe le centre de la table. Puis nous y plon­geons légumes, pâtes et tofu. Nous ter­mi­nons par un mas­sage Tui Na An Mo bien méri­té, le mas­sage tra­di­tion­nel chi­nois par acu­pres­sion et un mas­sage des pieds.…

La suite de notre chro­nique pour la ren­trée 2016–2017 avec les ensei­gne­ments des dif­fé­rents maîtres daoïstes du temple entre autre…

Sifu Adam Mizner en posture du simple fouet

Séjour culturel en Chine : l’exploration de la Chine hors des sentiers battus !

Si vous dési­rez rejoindre l’A­te­lier Qié­tude pour un futur voyage, ins­cri­vez-vous sur la liste de dif­fu­sion dédiée. Nous vous enver­rons les infos sur ce nou­veau pro­jet dès que nous aurons fina­li­sé le pro­gramme. Bonne route d’ici-là !