Dao Yin 導引 (ou son équi­valent japo­nais Do In), signi­fie « tirer et gui­der le Qi ». « Yin » n’est pas le « Yin » de Yin/Yang, mais la contrac­tion de Yi (inten­tion, pen­sée) et de In qui signi­fie « diri­ger », on peut donc pré­ci­ser qu’il s’a­git de « tirer et gui­der le Qi en uti­li­sant la pen­sée ». En effet, c’est notre men­tal qui dirige nos actions, et l’éner­gie et le sang sont mobi­li­sés par l’in­ten­tion pour géné­rer le mouvement.

 » Quand une per­sonne est en vie, son corps est doux et souple.
Quand elle meurt, le corps devient dur et raide.
Quand les arbres, l’herbe et les ani­maux sont vivants, ils sont doux et flexibles.
Quand ils meurent, ils deviennent secs et fragiles. » 

Ain­si par­lait Lao Tseu dans cet extrait du Dao De Jing, illus­trant les carac­té­ris­tiques de la vie : sou­plesse, flexi­bi­li­té et dou­ceur. Entre­te­nir la vie et la san­té, c’est donc cher­cher à main­te­nir ces attri­buts le plus long­temps possible.

Dao Yin : l’art de préserver la vie

Mais com­ment faire durer cette vita­li­té intrin­sèque à chaque être vivant, com­ment vivre le plus long­temps pos­sible, et en bonne san­té ? Une ques­tion que nous nous posons tous, depuis la nuit des temps ! Et à laquelle les taoïstes ont appor­té une réponse aux mul­tiples facettes. En effet, cette ancienne sagesse chi­noise a déve­lop­pé une véri­table science de l’en­tre­tien de la vie, le Yang Sheng Shu, englo­bant de nom­breux domaines : entre­tien du corps et de l’es­prit (exer­cices phy­siques, res­pi­ra­tion, médi­ta­tion, mas­sages, acu­punc­ture, plantes…), dié­té­tique, sexualité.

Le Dao Yin (Tao Yin) s’ins­crit dans cette vision de pré­ser­va­tion de la vie.

Ces exer­cices cor­po­rels et éner­gé­tiques ont pour objec­tif de déve­lop­per le doux et le souple en nous, tant sur le plan phy­sique que psy­chique. Vous pra­ti­quez natu­rel­le­ment le Dao Yin, lorsque vous frot­tez votre visage après un tra­vail intel­lec­tuel pour vous détendre, ou quand vous vous éti­rez le matin en vous levant !

Dao Yin ou Tao Yin posture

Source image : http://www.sacred-texts.com

Qu’est-ce-que le Dao Yin ?

Le Dao Yin est l’an­cêtre des Qi gong actuels. Rap­pe­lons que le terme Qi Gong est un terme récent, datant des années 50.
Ces exer­cices de san­té sont pra­ti­qués le plus sou­vent au sol, allon­gé ou assis, et par­fois debout. Ces séries sont exé­cu­tées en coor­don­nant le corps, la res­pi­ra­tion et l’intention.

On com­mence tou­jours par le ren­for­ce­ment du corps, et le Dao Yin est tout indi­qué pour cet objectif.

La pra­tique est basée sur des mou­ve­ments avec éti­re­ments, des pos­tures sta­tiques et des auto mas­sages.

Trop de mus­cu­la­tion (Yang) entraîne de la rigi­di­té et  trop d’é­ti­re­ments la laxi­té (Yin). Les exer­cices de Dao Yin recherchent donc le juste équi­libre  entre les deux.

  • L’é­ti­re­ment est très impor­tant, car il per­met d’as­sou­plir le corps en mobi­li­sant les ten­dons et les fas­cias, dans les­quels stag­nent géné­ra­le­ment les ten­sions. L’é­ti­re­ment per­met éga­le­ment de déblo­quer la cir­cu­la­tion du Qi dans le corps et d’a­me­ner l’éner­gie vers la sur­face, sti­mu­lant ain­si la cir­cu­la­tion du sang et réchauf­fant le corps.
  • Les pos­tures sta­tiques per­mettent, elles, de venir aug­men­ter le niveau éner­gé­tique et de concen­trer le Qi dans dif­fé­rentes zones en fonc­tion de la posture.
  • La sti­mu­la­tion des muscles per­met de toni­fier le corps et de lui don­ner de la force. Avec une emphase sur le dia­phragme et les psoas, pri­mor­diaux pour l’é­qui­libre général.
  • L’au­to mas­sage per­met de sti­mu­ler plus par­ti­cu­liè­re­ment une zone, des méri­diens d’a­cu­punc­ture, ou bien de ren­for­cer un organe par la pres­sion de points spécifiques.

Ces dif­fé­rents outils per­mettent éga­le­ment de tou­cher et de sti­mu­ler les pro­fon­deurs du corps, notam­ment les os et les organes vitaux.

Les exer­cices évoquent les mou­ve­ments des ani­maux (« l’oi­seau étire ses ailes », l’ours se balance »…) ou les forces de la Nature ( « repous­ser la mon­tagne », « le roseau se plie dans le vent »…). Au-delà de la poé­sie du nom, c’est un moyen de se connec­ter avec les forces de la nature et de les accueillir en soi.

La façon dont vous pra­ti­quez ces exer­cices est très impor­tante : y mettre de la dou­ceur, prendre son temps, et accom­pa­gner chaque mou­ve­ment par une res­pi­ra­tion ample et pro­fonde, comme si cha­cune de vos cel­lules s’emplissait d’oxy­gène et de Qi !

Les avantages du Dao Yin (Tao Yin ou Do In)

  • Réchauf­fer le corps en fai­sant cir­cu­ler le sang
  • Amé­lio­rer la sou­plesse du corps
  • Ren­for­cer le tonus mus­cu­laire en douceur
  • Relaxer le corps
  • Cal­mer le mental
  • Ren­for­cer l’é­qui­libre, les ali­gne­ments et le centrage
  • Net­toyer le corps de ses toxines
  • Sti­mu­ler et net­toyer les organes
  • Ren­for­cer la den­si­té osseuse

Le Dao Yin peut être consi­dé­ré comme un véri­table tré­sor vivant, tes­té et affi­né par des géné­ra­tions de pra­ti­quants. Pro­fi­ter de ses bien­faits est simple, mais le Dao Yin, comme toute pra­tique, n’ap­por­te­ra un béné­fice …que si vous pra­ti­quez, régu­liè­re­ment. Une séance quo­ti­dienne, même de 10 mn, vaut mieux qu’une longue série hebdomadaire.

Alors, n’at­ten­dez plus…à vos tapis de pratique !

Venez décou­vrir le Dao Yin lors de notre stage du 30 mars 2014, à la Fores­te­rie (Nantes).