Vous venez de ren­trer fri­go­ri­fié de votre jour­née… vous sen­tez le rhume s’installer ? Les prin­cipes du Yang Sheng étant de pré­ve­nir plu­tôt que gué­rir il faut agir dès les pre­miers symp­tômes d’attaque du froid, concoc­tez-vous cette soupe réchauf­fante et revigorante !

Recette chinoise adaptée par Maëlla Caro

Ins­pi­rée de la soupe péki­noise, j’ai sui­vi les conseils de Mar­got Zhang, dont le blog de cui­sine chi­noise est une mine pour les papilles curieuses de saveurs asiatiques.

Je l’ai adap­tée avec des ingré­dients plus locaux, en pri­vi­lé­giant bien sur ceux de nature chaude et d’o­ri­gine bio­lo­gique si possible.

Ingrédients pour deux grands bols de soupe

  • 1 carotte
  • un demi poireau
  • 1 oignon
  • 30 gr de Shi­ta­kés séchés * (ou autres cham­pi­gnons séchés de nos forêts : mous­se­ron, bolet, girole, trom­pette de la mort…)
  • 15 gr de cham­pi­gnons noirs *
  • 1 oeuf battu
  • 1 bou­quet de coriandre (ou à défaut du per­sil ou du cerfeuil)
  • 1 mor­ceau de gin­gembre frais rapé
  • 2–3 cuillères à soupe de sauce de soja (selon la force de votre sauce de soja)
  • 1 cuillère à café bom­bée de poivre blanc moulu
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre de riz (ou de cidre)
  • 2 cuillères à soupe de vin blanc (nor­ma­le­ment vin jaune de Shaoxing, mais pour les Nan­tais le Mus­ca­det c’est bien aussi !)
  • 1 cuillère à soupe d’huile (de tour­ne­sol ou pépins de raisin)
  • Huile de sésame toastée *
  • 800 ml d’eau chaude
  • 3 cuillères à café de fécule de pomme de terre ou maï­ze­na dis­soutes dans 200 ml d’eau froide.

La préparation de la soupe anti-froid

Faites trem­per les cham­pi­gnons une demi-heure à l’avance dans de l’eau chaude, puis égou­tez-les en gar­dant le jus. Cou­pez-les en petits mor­ceaux, en enle­vant les tiges dures.

Emin­cez le poi­reau, l’oignon et cou­pez la carotte en petites baguettes.

Soupe Coup De Froid Ingredients

Sépa­rez les tiges de coriandre des feuilles et cou­pez les tiges en petits mor­ceaux. Réser­vez les feuilles entières.

Faite reve­nir dans l’huile de tour­ne­sol : le poi­reau, l’oignon et les cham­pi­gnons pen­dant 3 mn sur feu vif, puis ajou­tez les carottes et faites cuire encore 3 mn, en remuant constamment.

Ajou­tez la sauce de soja, le vinaigre et le vin, remuez bien, et ajou­tez les 800 ml d’eau chaude et l’eau de trem­page des cham­pi­gnons, le poivre, le gin­gembre râpé et les tiges de coriandre. Por­tez à ébul­li­tion, en cui­sez 3 mn de plus.

Ver­sez la fécule délayée dans l’eau froide, et remuez sans arrêt jusqu’à ce que cela épaississe.

Bais­sez le feu et ver­sez l’oeuf bat­tu en des­si­nant des cercles. Lais­sez l’oeuf « prendre » quelques secondes, puis remuez légè­re­ment pour faire des filaments.

Gou­tez et rec­ti­fiez éven­tuel­le­ment l’assaisonnement.

Cette soupe est assez piquante, ce qui est le but pour vous réchauf­fer. Vous pou­vez mettre le poivre en plu­sieurs fois et goû­ter si vous crai­gnez que cela ne soit trop fort !

Rajou­tez les feuilles de coriandre, mélan­gez, puis ser­vez dans des bols, et rajou­tez un trait d ‘huile de sésame toas­tée pour parfumer.

Vous allez trans­pi­rer et sen­tir l’humidité qui sort de votre corps très rapi­de­ment. Res­tez bien cou­vert et ne sor­tez pas dehors !

Bon appé­tit !

En décou­vrir plus sur la cui­sine chi­noise : http://recetteschinoises.blogspot.fr

* Ces ali­ments se trouvent au rayon asia­tique des supermarchés.

Les infor­ma­tions pro­po­sées dans cet article ne se sub­sti­tuent en aucun cas à un avis médi­cal auprès des pro­fes­sion­nels de san­té com­pé­tents. Les conseils pro­di­gués le sont à titre infor­ma­tif uni­que­ment. Tous les exer­cices décrits peuvent com­por­ter des risques. Ne ten­tez pas ces exer­cices si vous avez des condi­tions phy­siques, émo­tion­nelles ou men­tales qui pour­raient vous por­ter préjudice.