La tortue noire symbole du cosmos

On dit en Chine que 4 créa­tures divines pro­tègent le monde dans les 4 direc­tions.  Ces 4 ani­maux célestes sont incor­po­rés d’une façon sub­tile dans de nom­breux arts taoïstes issus du cha­ma­nisme comme la cos­mo­lo­gie, l’astronomie, la divi­na­tion (yì jīng), fēng shuǐ, nèidān (alchi­mie interne), Zhōn­gyī (méde­cine tra­di­tion­nelle chi­noise), etc. On les retrouve sous diverses formes symboliques.

Ci-des­sous une liste d’associations tra­di­tion­nelles pour mieux en com­prendre le sens :

  • Le Dra­gon Vert/Bleu 青龙 qīng lóng : Est, élé­ment Bois, Prin­temps, Foie & Vési­cule biliaire
  • L’Oiseau Ver­millon 朱雀 zhū què : Sud, élé­ment Feu, Été, Coeur et Intes­tin grêle
  • Le Tigre Blanc 白虎 bái hǔ : Ouest, élé­ment Métal, Automne, Pou­mon & Gros intestin
  • La Tor­tue Noire 玄武 xuán wǔ : Nord, élé­ment Eau, Hiver, Rein & Vessie.

Dans la Chine antique, la tor­tue noire, qui nous inté­resse plus par­ti­cu­liè­re­ment, a tou­jours sym­bo­li­sé l’énergie Yin (ron­deur, len­teur et calme sont des attri­buts du Yin). On dit d’elle qu’elle contient tous les secrets du Ciel et de la Terre. En effet, la par­tie supé­rieure de sa cara­pace évoque la voûte céleste et la par­tie infé­rieure plate la terre (l’ho­ri­zon). Cette vision cos­mique de la tor­tue en a fait un outil de pré­di­lec­tion pour les devins de l’antiquité. Ils uti­li­saient en effet les cara­paces qui, après cuis­son, lais­saient des cra­que­lures per­met­tant d’in­ter­pré­ter les présages.

Xuánwǔ (玄武) « Le Guer­rier sombre ou mys­té­rieux » Cré­dit pho­to : Wikipedia

La tortue noire symbole de longévité et de sagesse

Sym­bole de longue vie à cause de sa lon­gé­vi­té excep­tion­nelle, on retrouve sou­vent celle-ci comme pro­tec­trice sur des stèles funé­raires com­mé­mo­ra­tives impo­santes. La stèle est posée sur le dos de la tor­tue qui peut sup­por­ter le poids de celle-ci (elle porte le monde sur son dos dans la mytho­lo­gie chi­noise) : un pré­sage de pro­tec­tion, d’en­du­rance et d’immortalité.

Stèle commémorative avec la tortue noire

Stèle dans un temple de Wu Dang Shan. Cré­dit pho­to : Moham­med Saïah

La Tor­tue Noire est éga­le­ment vue comme une créa­ture céleste gou­ver­nant la direc­tion du Nord (Palais du Nord) asso­ciée à la sagesse et à la connais­sance du sage/ermite. Elle est essen­tiel­le­ment repré­sen­tée enla­cée avec un ser­pent (Yang) pour deve­nir cette fois Xuánwǔ (玄武) « Le Guer­rier sombre ou mys­té­rieux » ou comme une divi­ni­té révé­rée Xuan­wu­shang­di (玄武上帝) en par­ti­cu­lier par les artistes mar­tiaux de wǔ dāng shān 武当山 entre autres.

La Tortue Noire et ses constellations (en haut du disque) en astronomie

La Tor­tue Noire et ses constel­la­tions (en haut du disque) en astronomie.

Elle devient sym­bole de pro­tec­tion avec sa cara­pace : le dos est asso­cié à la tor­tue et ne dit-on pas dans nos expres­sions populaires :

  • « Pro­té­ger ses arrières »,
  • « Avoir les reins solides » !

La tortue en médecine chinoise traditionnelle

On uti­lise éga­le­ment la cara­pace de tor­tue (biē jiă dans le Shen Nong Ben Cao Jing) pour des pres­crip­tions de méde­cine chi­noise visant à « Toni­fier le Yin, cla­ri­fier la cha­leur et ancrer le Yang »… On mange éga­le­ment sa chair dans des recettes popu­laires, sans doute pour en absor­ber l’essence mais aus­si parce que, dans cer­taines régions de Chine, c’est tout sim­ple­ment une nécessité !

La Tortue dans le contexte du Qi Gong (Yang Sheng)

On a fait réfé­rence au couple Reins/Vessie dans le sym­bo­lisme de la Tor­tue Noire. C’est pré­ci­sé­ment la région/organes que l’on cherche à acti­ver. Une des bonnes façons d’ac­ti­ver « notre tor­tue » en Qi Gong est de faire un éti­re­ment spi­nal *, ver­tèbres par ver­tèbres, en syn­chro­ni­sant la res­pi­ra­tion sur les régions blo­quées et d’y ajou­ter la res­pi­ra­tion du Rein pour dis­soudre les éven­tuelles stagnations. *

Méthode de respiration de la Tortue

  • Allon­gez-vous sur le dos avec les pieds à plat / genoux pliés.
  • Met­tez les paumes sous le nom­bril sur le Dan Tian inférieur.
  • Sur l’expiration, videz pro­gres­si­ve­ment vos pou­mons. Vous sen­ti­rez vos paumes des­cendre vers le dos (donc vers le sol) avec une res­pi­ra­tion pro­fonde et natu­relle sans rétention.
  • Sur l’inspiration, créez une expan­sion cir­cu­laire du souffle dans les 8 direc­tions simul­ta­né­ment. Cela aura pour effet de pres­ser légè­re­ment plus dans le dos au niveau des Reins mais éga­le­ment dans les autres direc­tions (mais de façon plus diffuse).

Posture de respiration de la tortue

Le fait d’être allon­gé favo­rise une prise de contact opti­male avec cette région des reins, grâce à la force de gra­vi­té qui fait pres­sion sur le bas du dos. Cette pres­sion aura pour effet de mas­ser natu­rel­le­ment les Reins et de sou­la­ger les lom­bal­gies entre autres effets.

Le but de cette res­pi­ra­tion est de rechar­ger le Rein de façon douce, régu­lière et pro­gres­sive sans force ni inten­tion trop volon­ta­riste. On uti­lise donc les spé­ci­fi­ci­tés de l’élément Eau : tout se fait dans le calme et de façon natu­relle ou zìrán (自然) en chinois.

Puis se redres­ser dou­ce­ment en posi­tion debout ou assise. Essayez à nou­veau de repro­duire cette res­pi­ra­tion, mais cette fois sans l’aide du sol ! Pre­nez votre temps, la tor­tue n’est pas pres­sée d’ar­ri­ver à son but bien au contraire.

Pour conclure, frot­tez vigou­reu­se­ment vos mains pour les chauf­fer et mas­sez le bas du dos de façon cir­cu­laire avec les mains 81 fois.

Pour conclure mas­sez le point d’acupuncture Yong Chuan 1 Rein.

Point Yong Quan R1

en résumé

  • RALENTIR ! c’est gagner du temps pour mieux sen­tir l’instant présent.
  • Evi­ter de se dis­per­ser en rédui­sant les acti­vés et les émo­tions trop intenses.
  • Tour­ner notre esprit vers l’intérieur pour culti­ver le calme et la bienveillance.
  • Ecou­ter et ren­for­cer notre res­pi­ra­tion pour sti­mu­ler notre éner­gie interne.
error: Alerte : contenu protégé par droits d'auteur !