Cet article pré­sente le pre­mier mou­ve­ment de la série des Ba Duan Jin ou 8 pièces de bro­cart (école du Nord) : les 2 bras embrassent le ciel. Cette série d’exer­cices de Qi Gong est héri­tée de la tra­di­tion boud­dhiste (école de Shao­lin). Ce Qi Gong dit Wai Dan ou ren­for­ce­ment de l’ex­terne, se carac­té­rise par :

  • Har­mo­ni­sa­tion Yin et Yang (monter/descendre – ouvrir/fermer),
  • Sti­mu­la­tion du Wei Qi (éner­gie qui cir­cule en sur­face du corps, et per­met de réchauf­fer et de pro­té­ger celui-ci).
  • Ren­for­ce­ment doux et pro­fond des os et des ten­dons (conduc­teurs d’énergie),
  • Favo­rise la libre cir­cu­la­tion de l’éner­gie et du sang.

Action thérapeutique du premier Ba Duan Jin

La prin­ci­pale fonc­tion du pre­mier mou­ve­ment des Ba Duan Jin est de régu­ler le méri­dien du Triple Réchauf­feur et le méri­dien Chong Mai. Nous détaille­rons les fonc­tions du Triple réchauf­feur et du Chong Mai.

Notre éner­gie cir­cule selon un réseau com­plexe et rami­fié : les méri­diens. Ceux ci per­mettent de relier, sur un plan éner­gé­tique, les organes, les dif­fé­rents sys­tèmes et la sur­face du corps. A l’i­mage d’un bas­sin flu­vial : fleuves, rivières, ruisseaux…permettent la cir­cu­la­tion de l’éner­gie Qi dans tout le corps : vers le haut, le bas, l’in­té­rieur, l’ex­té­rieur, en un mou­ve­ment fluide et constant, qui nous per­met de main­te­nir le corps en vie et en équilibre.

Ils existent douze méri­diens prin­ci­paux, cha­cun en rela­tion directe avec un organe en par­ti­cu­lier, comme le méri­dien du Pou­mon ou du cœur par exemple. Ils assurent les fonc­tions du quo­ti­dien, comme la diges­tion, la res­pi­ra­tion, ou la régu­la­tion thermique.

En fonc­tion de la sai­son, les exer­cices de Qi Gong vont se foca­li­ser sur dif­fé­rents méri­diens d’acupuncture.

L’é­té, il est pri­mor­dial d’har­mo­ni­ser le méri­dien du « Triple réchauf­feur » 三焦 ou San Jiao.

Le Triple réchauffeur et le Chong Mai dans les Ba Duan Jin

Le concept de Triple réchauf­feur est spé­ci­fique à la vision chi­noise, et ne cor­res­pond pas à un organe en par­ti­cu­lier. Selon le « Clas­sique de méde­cine interne de l’empereur jaune » (Huang Di Nei Jing), Il faut plu­tôt l’i­ma­gi­ner comme une mar­mite, qui englobe tous nos organes. Elle est divi­sée en trois zones :

  • Le réchauf­feur supé­rieur (au-des­sus du dia­phragme), abri­tant le cœur et les pou­mons. Il joue un rôle de dis­tri­bu­tion du sang, du Qi et de l’eau, à l’i­mage d’une « brume » qui se dif­fuse dans tout le corps.
  • Le Réchauf­feur médian (entre le dia­phragme et le nom­bril), accueillant l’Es­to­mac, la Rate, le Foie et la Vési­cule biliaire. Res­pon­sable des trans­for­ma­tions de la diges­tion, on le com­pare à une « mousse fumante ».
  • Le Réchauf­feur infé­rieur (entre nom­bril et péri­née) englobe les reins et la ves­sie, ain­si que les intes­tins. A l’i­mage d’un maraî­cage, il est lié aux excré­tions, et per­met la sépa­ra­tion du « clair » et le rejet du « trouble ».

Le Triple réchauf­feur a une action pri­mor­diale d’é­qui­li­brage glo­bal du corps, et de régu­la­tion du Qi et de l’eau. On dit que quand son fonc­tion­ne­ment est opti­mal, alors tous les autres sys­tèmes sont en bonne san­té. Il per­met éga­le­ment la pro­tec­tion du corps, et sou­tient nos capa­ci­tés d’a­dap­ta­tion aux chan­ge­ments. C’est pour­quoi la plu­part des exer­cices de Qi Gong lui consacrent des mou­ve­ments, pos­tures ou sons spé­ci­fiques, pour le régu­ler. Voir exemple 1er mou­ve­ment des ba Duan Jin.

Les merveilleux vaisseaux ou méridiens curieux 奇經八脈

Il existe éga­le­ment un sys­tème plus pro­fond, le pre­mier à se for­mer dans le fœtus, qu’on nomme les « mer­veilleux vais­seaux » ou méri­diens curieux Qi Jing Ba Mai. Ils ont une fonc­tion plus sub­tile, d’har­mo­ni­sa­tion géné­rale, et de lien entre notre éner­gie régu­lière « Qi » et notre essence « Jing ». Ces 8 mer­veilleux vais­seaux, véri­tables « réser­voirs éner­gé­tiques », per­mettent ain­si les grandes trans­for­ma­tions du corps, (comme la crois­sance, la puber­té, la gros­sesse, la ménopause…etc). Grands régu­la­teurs du corps, ils har­mo­nisent, et relient les 12 méri­diens prin­ci­paux, équi­li­brant et pro­té­geant ain­si tout le sys­tème éner­gé­tique. Si l’on com­pare les 12 méri­diens à des fleuves, alors les vais­seaux mer­veilleux sont plu­tôt des lacs ou des étangs.

Dans les exer­cices de Qi Gong et Nei Gong, comme les Ba Duan Jin par exemple, nous cher­chons en prio­ri­té à régu­ler ces mer­veilleux vais­seaux, notam­ment les quatres principaux :

  • Vais­seau concep­tion Ren Mai,
  • Vais­seau gou­ver­neur Du Mai,
  • Vais­seau de cein­ture Dai Mai,
  • Vais­seau d’as­saut ou canal cen­tral Chong Mai.

Le Chong Mai nous inté­resse plus par­ti­cu­liè­re­ment l’é­té, car il est relié au cœur (organe fort en été), et joue un rôle dans le ren­for­ce­ment du sang. Il com­mence au péri­née, enserre le nom­bril puis s’é­lance tout droit vers le haut du corps. On l’ap­pelle « Mer des douze méri­diens », car il les met en rela­tion. Chong signi­fie « car­re­four, faire irrup­tion », ce qui évoque une force puis­sante et vigou­reuse. Il est en rela­tion avec le Yuan Qi,  l’o­ri­gine ou la source de la vie. Ce vais­seau est le pre­mier à appa­raitre au début de la ges­ta­tion, Chong Mai est donc le « car­re­four » per­met­tant le jaillis­se­ment de la force de vie.

Pour en savoir sur les 8 pièces de bro­cart  (八段锦) et ses actions thérapeutiques.