La sai­son de l’automne est une période char­nière entre le Yin et le Yang, en par­ti­cu­lier au moment de l’équinoxe. La cha­leur va décli­ner pro­gres­si­ve­ment pour faire place au froid et à l’humidité, qui culmi­ne­ront au sol­stice d’hiver. Cette retraite de la force Yang doit s’accompagner d’un cer­tain nombre de pré­cau­tions, afin de ren­trer dans la sai­son froide dans les meilleures condi­tions. Cette période, juste après les récoltes, est pro­pice au ralen­tis­se­ment pour faire le tri et se pré­pa­rer pour l’hiver.

Ce mou­ve­ment éner­gé­tique de l’automne, syno­nyme de retrait, de des­cente et de conden­sa­tion, est sym­bo­li­sé dans la vision éner­gé­tique chi­noise par le Métal : élé­ment dense et lourd. Dans la sym­bo­lique de cet élé­ment, nous retrou­vons ain­si nos capa­ci­tés à tran­cher et faire le tri entre le « Clair » et « l’Obscur », à déli­mi­ter notre ter­ri­toire et à nous défendre si besoin, mais aus­si à com­mu­ni­quer et échan­ger (le métal est éga­le­ment la mon­naie, signe de l’échange).

Le Métal, qui règne en automne, évoque aus­si notre struc­ture pro­fonde, nos valeurs et nos limites. Des limites qu’il faut savoir ouvrir et fer­mer de façon équi­li­brée pour échan­ger et croître, sans perdre son inté­gri­té.

Notre res­pi­ra­tion repré­sente cette capa­ci­té d’échange avec l’extérieur. Nos pou­mons (肺 Fei en chi­nois)  peuvent accueillir l’air et l’énergie de l’environnement, mais aus­si éva­cuer les déchets tout en nous pro­té­geant constam­ment des agres­sions externes.

Ce mou­ve­ment vers le bas de l’énergie du métal peut par­fois nous entraî­ner vers la dépres­sion et la tris­tesse. Mais cette mélan­co­lie de fin de cycle ne doit pas nous faire oublier que le mou­ve­ment est cyclique et qu’il faut savoir redes­cendre et se replier, accep­ter cette phase Yin, pour mieux repar­tir au prin­temps.

Les conseils de l’Empereur Jaune pour l’automne

Conseils de l'Empereur Jaune pour l'automne

Pour mieux vivre cette adap­ta­tion, tour­nons notre regard vers les conseils du Huang Di Nei Jing (黄帝内经) ou Clas­sique interne de l’Empereur Jaune :

En automne il est dési­rable de se cou­cher tôt et de se lever tôt au chant du coq. Lais­ser l’esprit tran­quille pour tem­pé­rer le juge­ment ren­du en automne. Col­lec­tez votre Shen (esprit) & force vitale pour per­mettre au Qi de l’automne de s’équilibrer. Ne diri­gez pas votre inten­tion vers l’extérieur afin de lais­ser le Qi du pou­mon pur.

1 – Se cou­cher tôt et de se lever tôt au chant du coq per­met de sen­tir la fraî­cheur du matin et de lais­ser le corps s’adapter au froid de façon pro­gres­sive. Se cou­cher tôt per­met de com­men­cer à aug­men­ter nos réserves (période d’engrangement avant l’hiver) de Yin tout en évi­tant le froid plus intense en soi­rée.

2 - Lais­ser l’esprit tran­quille pour tem­pé­rer le juge­ment ren­du en automne per­met de mieux com­prendre la nature de la sai­son. C’est une période pro­pice au dépouille­ment qui per­met de faire le point sur nos vrais besoins, prendre des déci­sions majeures et rendre jus­tice si besoin dans les situa­tions de conflits. Le déclin de l’énergie solaire est vu comme une perte d’énergie et de vita­li­té (comme une sorte un châ­ti­ment ren­du par la jus­tice céleste). Cette état, sou­vent source de dépres­sion sai­son­nière, peut être com­pen­sé si on y asso­cie un tra­vail inté­rieur adap­té (Qi Gong, Nei Gong, médi­ta­tion, etc) ou tout sim­ple­ment en ralen­tis­sant notre rythme.

3 – Col­lec­ter votre Shen (Esprit) & force vitale pour per­mettre au Qi de l’automne de s’équilibrer per­met de com­prendre le mou­ve­ment interne de la sai­son. Ne pas s’agiter inuti­le­ment afin de lais­ser le Qi pur du Pou­mon des­cendre vers les pro­fon­deurs de notre être (Dan Tian) afin d’y récol­ter l’énergie Yang décli­nante.

4 –  Ne diri­gez pas votre inten­tion vers l’extérieur afin de lais­ser le Qi du pou­mon pur. Encore un conseil qui nous oriente vers l’intérieur et l’introspection pour ren­for­cer la vita­li­té du Pou­mon, asso­ciée à notre force vitale ou Qi.

Quelques conseils pratiques pour s’adapter à l’automne

  • Bien cou­vrir votre cou pour évi­ter le vent « per­vers » et les inva­sions du froid
  • Hydra­tez-vous bien pour com­pen­ser la séche­resse sai­son­nière (incluant la peau)
  • Evi­tez les ali­ments trop épi­cés ou de nature froide
  • Favo­ri­sez les ali­ments acides (astrin­gent), doux et de nature tiède ou chaude
  • Si pos­sible, évi­tez pen­dant un temps les lieux publics, por­teurs de patho­gènes externes (grippe, etc)
  • Net­toyez et/ou jetez ce qui n’a pas d’usage dans votre mai­son, garage, bureau, etc…
  • Trou­vez quelques minutes par jour pour juste res­pi­rer dans la quié­tude
  • Uti­li­ser le son du Métal pour nour­rir le pou­mon

Pro­fi­tons ain­si de cette période de retrait du Yang pour faire une pause, net­toyer et faire le ménage dans notre mai­son ou dans notre cœur. Accep­tons ce mou­ve­ment natu­rel de l’automne, et pro­fi­tons-en pour ralen­tir le rythme, nous poser et par­tir à la ren­contre de notre monde inté­rieur.

Mohammed Saïah

Auteur / Enseignant de Qi Gong - Nei Gong chez Atelier Qiétude
Passionné par la tradition chinoise et les arts énergetiques de préservation de la santé (Yang Sheng) j'anime ce site et écris des articles sur le site de l'Atelier Qiétude (www.cours-qigong.fr) quand je ne suis pas en train d'enseigner le Qi Gong / Nei Gong à Nantes.

Copyright : Les liens vers nos articles sont appréciés mais aucune copie n'est permise sans notre consentement écrit.

A explorer :

error: Alerte : contenu protégé !