Les exercices de Qi Gong statiques et dynamiques

Le Qi Gong du prin­temps peut être pra­ti­qué de façon :

  • sta­tique (pos­ture), cela per­met de sto­cker de l’éner­gie vitale
  • dyna­mique (en mou­ve­ment), ce qui per­met de faire cir­cu­ler le Qi ou éner­gie vitale.

Une com­bi­nai­son des 2 pra­tiques assure une har­mo­ni­sa­tion du Yin et du Yang (état de Qi Gong).

Qi Gong statique ou dynamique ?

Selon l’é­tat dans lequel vous vous trou­vez on privilégiera :

  • les pos­tures sta­tiques (pour toni­fier) si vous êtes en vide.
  • le Qi Gong en mou­ve­ment (pour dis­per­ser) si vous êtes en plénitude.
  • Si vous ne vous retrou­vez pas dans l’un des 2 cas pré­cé­dents, choi­sis­sez alors de pra­ti­quer les 2 méthodes (har­mo­ni­sa­tion).

Pour déter­mi­ner dans quelle caté­go­rie vous vous situez, com­pa­rez les infor­ma­tions du tableau ci-des­sous pour éva­luer votre état : vide ou plein. Si vous ne ren­trez dans aucune des 2 caté­go­ries vous pou­vez pra­ti­quer toutes les méthodes dans la même session.

Vide

  • Manque d’adaptabilité
  • Com­por­te­ment passif
  • Inquié­tude
  • Mau­vaise estime de soi
  • Dépres­sion sévère
  • Hypo­ten­sion
  • Vision floue ou faible
  • Teint pâle
  • Trem­ble­ments ou engourdissements
  • Mains et pieds froids
  • Etour­dis­se­ments
  • Ongles secs ou décolorés
  • Manque de créativité
  • Yeux secs

Plein

  • Humeur maussade/irritabilité/dépression
  • Colé­reux,  atti­tude agressive
  • Crampes (mens­trua­tion)
  • Rigi­di­té et spasticité
  • Aller­gies
  • Hyper­ten­sion
  • Inflam­ma­tion
  • Fla­tu­lences, consti­pa­tion, diar­rhée, nau­sée, hoquet, éructations
  • Mal de tête (mar­tè­le­ment)
  • Dou­leur
  • Déman­geai­sons
  • Ten­di­nites
  • Yeux rouges

Le printemps est dominé par le Foie et la Vésicule Biliaire

Au prin­temps, l’ac­tion du Qi Gong vise à libé­rer les stag­na­tions qui sont sou­vent pré­sentes après l’hi­ver (manque d’exer­cice, nour­ri­ture plus riche, etc). Les tendons/muscles sont des « réser­voirs » de ten­sions qu’il faut mobi­li­ser au prin­temps pour les nettoyer.

Cou­plée à la dié­té­tique chi­noise, on peut avoir une action plus pro­fonde sur la libre cir­cu­la­tion de l’éner­gie (que le Foie est en charge d’assurer).

L’ac­tion du Qi Gong au prin­temps cible donc plus spé­ci­fi­que­ment le Foie et la Vési­cule Biliaire. Cer­taines carac­té­ris­tiques fon­da­men­tales sont asso­ciées au prin­temps et à l’élé­ment Bois qui domine durant cette saison :

  • Elé­ment : bois
  • Organe (Yin) : Foie
  • Entraille (Yang) : Vési­cule Biliaire
  • Cou­leur : vert/bleu vert
  • Son : Xu
  • Tis­su cor­po­rel : tendons
  • Ori­fice : les yeux
  • Émo­tion néga­tive : colère/irritabilité
  • Qua­li­té : gentillesse/générosité
  • Direc­tion : Est
  • Moment de la jour­née : lever du soleil
  • Saveur : acide (en savoir plus sur la dié­té­tique chi­noise du printemps)
5 éléments Bois

Les exercices de Qi Gong du printemps

Les exer­cices de Qi Gong les plus impor­tants durant la sai­son du prin­temps sont :

  • Les pos­tures qui activent le Yang, les éti­re­ments des muscles et ten­dons : en savoir plus sur le Dao Yin.
  • les marches médi­ta­tives : en savoir plus sur le Ba Gua Nei Gong.
  • les méthodes de res­pi­ra­tion Tu Na Gong (reje­ter l’an­cien et absor­ber le neuf).

Tonification en cas de vide d’énergie

La posture du bois 木

Pour mieux com­prendre la pos­ture du Bois il faut la com­pa­rer à l’i­déo­gramme chi­nois . On peut voir 1 ligne ver­ti­cale puis­sante qui sup­porte toute la struc­ture, la pro­jec­tion de 3 lignes de force (1 hori­zon­tale et 2 dia­go­nales) à par­tir du centre. Pour s’har­mo­ni­ser avec l’élé­ment Bois, il faut veiller à repro­duire cette forme dans l’espace :

  • Tour­nez-vous face à l’Est.
  • La res­pi­ra­tion est dite naturelle.
  • On étire les tendons/ligaments/fas­cias dans 5 direc­tions en même temps sur l’expiration.
  • On relâche tous les tis­sus du corps sur l’inspiration.
  • L’éner­gie part du centre du corps et rayonne vers la péri­phé­rie (Wei Qi).
Exercices de Qi Gong du printemps. Illustration : Mohammed Saïah
Cré­dits image : Moham­med Saïah pour l’A­te­lier Qiétude

Respiration et visualisation du Qi Gong du printemps

  • Tenez-vous debout, pieds paral­lèles à la lar­geur des épaules, etc (en savoir plus sur la pos­ture de l’arbre).
  • Visua­li­sez sur l’ins­pi­ra­tion, une belle cou­leur verte lumi­neuse péné­trant par le nez jus­qu’au Foie (sur l’ex­pi­ra­tion, déten­dez-vous et por­tez votre atten­tion sur l’en­semble du corps). On se met éga­le­ment en réso­nance avec la qua­li­té de bienveillance/gentillesse .
  • Répé­tez cette inspiration/expiration de 9 à 36 fois maxi­mum. Vous pou­vez ensuite res­ter dans cette pos­ture aus­si long­temps que vous le sou­hai­tez, en res­pi­rant sans inten­tion particulière.
  • Pour clô­tu­rer votre pra­tique, posez vos mains sur le Dan Tian Infé­rieur pen­dant quelques instants.

Dispersion en cas de plénitude d’énergie

Dans tous les exer­cices de Qi Gong ci-des­sous on veille­ra à s’o­rien­ter vers l’Ouest (direc­tion du Métal qui contrôle le Bois).

Percussions sur le méridien de la Vésicule Biliaire

  • Les per­cus­sions ont une action dis­per­sante et per­mettent, lors­qu’elles sont effec­tuées sur la méri­dien de la Vési­cule Biliaire, de relâ­cher le Yang dit « feu per­vers » vers la sur­face et de faci­li­ter l’ac­tion du Foie.
  • On com­mence par faire une per­cus­sion avec les poings fer­més (sans trop ser­rer, pour avoir un geste souple) sur Jian Jing (肩井穴), 21 VB. Cette porte d’éner­gie se situe en haut de l’é­paule. On le fait des 2 côtés.
  • Les mains bien ouvertes cette fois, on fait des per­cus­sions (modé­ré­ment mais pro­fon­dé­ment) sur le méri­dien de la Vési­cule Biliaire sur la par­tie laté­rale externe de la cuisse dans le sens de la des­cente uni­que­ment (haut vers le bas).
  • Durée sug­gé­rée : 5 minutes
Méridien de la Vésicule Biliaire Qi Gong
Copy­right image : TCMWIKI.COM 

Contre-indi­ca­tion : ne pra­ti­quez pas cet exer­cice si vous êtes enceinte.

Respiration dispersante ou « Nettoyante » (Tu Na Gong)

  1. Tenez-vous debout, pieds paral­lèles à la lar­geur des épaules, (pos­ture Wu Ji).
  2. Pre­nez une ins­pi­ra­tion modé­rée en pre­mier lieu.
  3. Puis sur chaque expi­ra­tion par la bouche, émettre le son « Xu » (comme si vous pro­non­ciez le mot « chut » à quel­qu’un mais sans le « T », le son se situe entre le son « u » et « ou ») de façon presque INAUDIBLE, comme un léger murmure.
  4. Répé­tez cette inspiration/expiration de 9 à 18 fois.
  5. Clô­tu­rez par une marche dite natu­relle pour régu­ler votre force vitale.

La marche : au-delà des saisons…

La marche est vrai­ment un exer­cice (extra) ordi­naire. Elle peut être pra­ti­quée par tous et à tout âge. Il existe réel­le­ment une dimen­sion médi­ta­tive dans la marche, que les anciens taoïstes ont décou­verte à tra­vers leurs expé­ri­men­ta­tions. Elle régule le Foie et la Vési­cule biliaire comme aucun autre exer­cice au printemps. 

La marche de la grue

Dans cette marche du Ba Gua Nei Gong :

  1. On sou­lève le pied à plat avant d’a­van­cer le pied en avant (ins­pi­ra­tion).
  2. Puis on fait une légère pause quand le pied se rap­proche de la che­ville opposée.
  3. On sou­lève le pied jus­qu’à la hau­teur du genou (pou­mon plein).
  4. Puis en étend la pointe du pied vers l’a­vant au gar­dant le pied paral­lèle au sol pen­dant toute la durée de « la tra­ver­sée » (expi­ra­tion).
  5. Puis on pose le pied à plat (pou­mon vide).
  6. On répète la pro­cé­dure avec l’autre pied.
  7. On effec­tue 8 pas à droite et à gauche (si l’es­pace le per­met) puis on repart en sens inverse.
Ba Giua Nei Gong
Méthode de marche extraite du Ba Gua Nei Gong. Illus­tra­tion : Moham­med Saïah

Béné­fices : Cette marche a une action béné­fique sur Ming Men 命门 (point d’a­cu­punc­ture). Elle per­met d’ac­cu­mu­ler rapi­de­ment de l’éner­gie au niveau du Dan Tian, de réchauf­fer et de toni­fier l’éner­gie ori­gi­nelle (Yuan Qi). A pra­ti­quer pen­dant 10 à 20 minutes, de pré­fé­rence le matin.

Nous cite­rons pour conclure un des grands maîtres du Ba Gua Zhang de ce siècle, Li Zi Ming :

Des cen­taines d’exer­cices ne sont pas aus­si bons que sim­ple­ment mar­cher ; La marche (du Ba Gua) est le maître des exercices.

- Li Zi Ming
Stage 2021

Les marches thérapeutiques : des marches animalières aux marches de santé…

Les marches ani­ma­lières sont ins­pi­rées des recherches d’un des plus célèbres méde­cins de l’antiquité : Hua Tuo 华佗 (110–207). Il nous a légué une méthode com­plète qui per­met de ren­for­cer l’intérieur et l’extérieur du corps…


Les infor­ma­tions pro­po­sées dans cet article ne se sub­sti­tuent en aucun cas à un avis médi­cal auprès des pro­fes­sion­nels de san­té com­pé­tents. Les conseils pro­di­gués le sont à titre infor­ma­tif uni­que­ment. Tous les exer­cices décrits peuvent com­por­ter des risques. Ne ten­tez pas ces exer­cices si vous avez des condi­tions phy­siques, émo­tion­nelles ou men­tales qui pour­raient vous por­ter préjudice.

Cré­dits pho­to : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bambouseraie