C’est une ques­tion qui revient sou­vent lors de nos échanges ou demandes d’informations.

  • Est-ce que le Qi Gong et le Tai Chi Chuan ou Tai Ji Quan sont différents ?
  • Y‑a-il des liens de parenté ?
  • Par lequel commencer ?
  • Quels sont les avan­tages de l’un ou de l’autre ?

La réponse est loin d’être simple…

Tai Chi Chuan & Qi Gong : comparaison

Le grand public confond sou­vent les 2 pra­tiques pour les rai­sons suivantes :

La popu­la­ri­té du Tai Chi Chuan vient prin­ci­pa­le­ment des médias (presse, télé­vi­sion, etc.) qui l’ont sou­vent pré­sen­té lors de repor­tages en Chine ou ailleurs. Il est deve­nu en quelque sorte un des emblèmes de la Chine. Ci-des­sous un exemple de forme de Tai Chi Chuan du style Sun de Sun Lu Tang.

Vu de l’ex­té­rieur par un oeil non aver­ti, les 2 arts semblent basés sur les même principes :

  • grâce
  • len­teur
  • flui­di­té
  • conti­nui­té

La confu­sion pro­vient éga­le­ment des termes uti­li­sés. Le « Qi » (éner­gie vitale) de Qi Gong n’est pas le même que le« Chi » (ou « Ji » en Pinyin) de Tai Chi Chuan. Même pro­non­cia­tion pour une oreille occi­den­tale (en effet mal­gré l’or­tho­graphe dif­fé­rente, la pro­non­cia­tion des termes est très proche) non avertie :

  • Qi : éner­gie vitale
  • Chi : ultime, le faîte

Dans le Tai Chi Chuan & le Qi Gong on tra­vaille effec­ti­ve­ment avec l’éner­gie vitale « Qi » mais pas avec les même inten­tions. Encore une autre couche de confu­sion possible.

Tai Chi Chuan & Qi Gong : les différences

Le Tai Chi Chuan est avant tout un art mar­tial qui uti­lise les prin­cipes du Yin et du Yang (Tai Ji) pour prendre l’a­van­tage sur son adver­saire. Les bien­faits pour la san­té sont effec­ti­ve­ment pré­sents mais ne sont pas néces­sai­re­ment inclus en tant que but à atteindre (il existe 5 grandes familles dans le Tai Chi Chuan qui mettent plus ou moins l’emphase sur les aspects mar­tiaux de cette pratique).

Depuis la révo­lu­tion cultu­relle en Chine, le Tai Chi Chuan pour la san­té s’est gran­de­ment déve­lop­pé comme une méthode de Qi Gong (tra­vail de l’éner­gie vitale) à part entière, per­met­tant ain­si à des mil­lions de gens d’en­tre­te­nir tous les jours  leur santé.

Le Tai Chi Chuan est sou­vent plus dif­fi­cile que le Qi Gong dans son appren­tis­sage, tant par la com­plexi­té de la ges­tuelle que par les prin­cipes à acqué­rir (on parle de forme en 108 mou­ve­ments sans comp­ter tous les aspects internes de cette pra­tique ou Nei Gong).

Il est géné­ra­le­ment recom­man­dé de pra­ti­quer une forme simple de Qi Gong (Zhan Zhuang Gong, Ba Duan Jin, Tai Ji Qi Gong par exemple) avant d’en­ta­mer l’é­tude du Tai Chi Chuan.

Tai Chi Chuan & Qi Gong

Tai Chi Chuan & Qi Gong : les points communs

Les 2 pra­tiques permettent :

  • l’a­mé­lio­ra­tion de toutes les fonc­tions vitales : res­pi­ra­toires, diges­tives, car­dio-vas­cu­laires, nerveuses.
  • un meilleur contrôle du sys­tème ner­veux cen­tral donc une meilleure ges­tion du stress et des émotions
  • une mobi­li­sa­tion de tous les liquides du corps (san­guin, inter­sti­tiel, syno­vial, lym­pha­tique et cérébro-spinal)
  • un mas­sage interne des organes
  • une compression/décompression  (Kai/He) douce du sque­lette (qui retarde le vieillis­se­ment des articulations)

En résumé

Le Tai Chi Chuan est une forme com­plexe de Qi Gong ET un art mar­tial redou­table – ne pas se fier à l’as­pect lent qui est sou­vent pré­sen­té dans les médias. Les formes dites anciennes sont un mélange de décharge d’éner­gie « Fa Jin » (Yang) et de mou­ve­ments lents (Yin) ; qui est la véri­table signa­ture de cet art.

Le Qi Gong a pour but la pré­ser­va­tion de la san­té via dif­fé­rentes méthodes qu’on pour­raient qua­li­fier de plus « simples » mais aus­si plus accessibles.