La nature n’use pas de mots.
Un vent violent ne tient pas toute une matinée.
Une averse ne dure pas une journée.
C’est le Ciel et la Terre qui les produisent.
Si même le Ciel et la Terre ne peuvent persister,
dans leur puissance,
A plus forte rai­son l’homme.

C’est pour­quoi qui suit la Voie,
S’i­den­ti­fie à la Voie.
S’il s’ac­corde avec sa puissance,
Il s’i­den­ti­fie à sa puissance.
S’il s’ac­corde avec sa perte,
Il s’i­den­ti­fie avec sa perte.

Qui s’i­den­ti­fie au Tao,
Le Tao l’ac­cueille dans la joie.
Qui s’i­den­ti­fie à sa puissance,
La puis­sance l’ac­cueille dans la joie,
Qui s’i­den­ti­fie à sa perte,
La perte l’accueille.

Gar­der confiance, c’est se confier à la Voie.

Tra­duc­tion de Chao Hsiu Chen du Tao Te Ching de Lao Tseu
– Edi­tion du Cour­rier du livre