QI GONG

Les bienfaits du Qi GongQi

Lors de notre intro­duc­tion au Qi Gong vous avez pu appré­cier la nature sub­tile de cette éner­gie (Qi) qui per­met au vivant de se mani­fes­ter pour entre­te­nir la Vie (Yang Sheng). Les impacts de cette pra­tique sur notre san­té sont pro­fonds et sou­vent immé­diats.

Voi­ci quelques béné­fices et appli­ca­tions concrètes du Qi Gong :

  • Amé­lio­ra­tion de la force, de la coor­di­na­tion et de la sou­plesse
  • Réduc­tion de la dou­leur et des rai­deurs
  • Capa­ci­té amé­lio­rée de concen­tra­tion, de calme et un sen­ti­ment géné­ral de bien-être
  • Som­meil plus pro­fond et répa­ra­teur
  • Aug­men­ta­tion de notre force vitale (incluse notre libi­do)
  • Réduc­tion rapide du niveau de stress
  • Ren­for­ce­ment de notre sys­tème immu­ni­taire
  • Amé­lio­ra­tion de nos fonc­tions vitales : car­dio­vas­cu­laire, res­pi­ra­toire, cir­cu­la­toire, lym­pha­tique et diges­tive
  • Régu­la­tion de la ten­sion arté­rielle

La voie de la nature

Tout être vivant obéit au rythme immuable du Dao (Tao). S’éloigner du natu­rel, c’est donc mettre notre être tout entier en dés­équi­libre. L’écologie est un enjeu pri­mor­dial pour le 21eme siècle. Pour nous, prendre soin de la pla­nète, n’est-ce pas com­men­cer déjà par le res­pect et l’équilibre éco­lo­gique de notre « uni­vers » inté­rieur ?

Les arts éner­gé­tiques tracent la Voie qui nous ramène vers le spon­ta­né et le natu­rel en nous…

« Si vous pou­vez vous en remettre à la nature, alors aucune tech­nique n’est néces­saire, puisque c’est la tech­nique ultime. » Osho

Les effets du Qi qigong

Selon les nom­breuses recherches effec­tuées sur le sujet, les effets béné­fiques du Qi Gong sont nom­breux et touchent aus­si bien la sphère phy­sique, que men­tale et spi­ri­tuelle.

Effets physiques

L’ajustement de la pos­ture, les éti­re­ments, les auto massages…tous ces moyens per­mettent le relâ­che­ment mus­cu­laire, qui aura un impact direct sur la réso­lu­tion des ten­sions et dou­leurs du sys­tème mus­cu­lo-sque­let­tique.

Respiration

Plus l’état uni­fié de Qi Gong est pro­fond, et plus la res­pi­ra­tion se ralen­tit, gagne en pro­fon­deur et en ampli­tude et dimi­nue en fré­quence. Le taux d’absorption de l’oxygène aug­mente et l’amplitude des mou­ve­ments du dia­phragme est aug­men­tée (jusqu’à 3 à 4 fois plus que la moyenne). Les effets vont être béné­fiques pour tout pro­blème res­pi­ra­toire (bron­chite chro­nique, tuber­cu­lose, asthme, insuf­fi­sance res­pi­ra­toire…)

L’impact est éga­le­ment mesu­rable sur les fonc­tions vis­cé­rales, le péris­tal­tisme, et la cir­cu­la­tion du sang.
L’ajustement de la res­pi­ra­tion joue donc un rôle cru­cial pour les effets béné­fiques du Qi Gong. A contra­rio, un sché­ma res­pi­ra­toire impropre pour­ra avoir des effets néfastes sur la san­té.

Système nerveux autonome

La régu­la­tion de la res­pi­ra­tion, et notam­ment l’expansion du paren­chyme pul­mo­naire, sti­mule le sys­tème ner­veux auto­nome para-sym­pa­thique. Ceci induit un ralen­tis­se­ment du rythme car­diaque et de la pres­sion arté­rielle, et active les fonc­tions diges­tives et de régé­né­ra­tion des organes. L’activation du para-sym­pa­thique, véri­table « frein » du corps, per­met éga­le­ment de réduire les effets néfastes du stress.

Système cardio-vasculaire

Concen­trer l’esprit long­temps sur une zone du corps induit une exci­ta­tion d’une zone spé­ci­fique du cor­tex, per­met­tant la mise au repos de l’activite céré­brale des autres zones. L’effet sur la pres­sion arté­rielle est alors obser­vé, résul­tat de la détente du sys­tème ner­veux auto­nome et du relâ­che­ment des vais­seaux san­guins.

Après 30 mn de pra­tique de Qi Gong sta­tique, le rythme car­diaque des­cend de 83.5 à 71.5 pulsations/mn. Ceci est direc­te­ment lié à la régu­la­tion de la res­pi­ra­tion.

L’effet est notoire éga­le­ment sur l’augmentation de la micro-cir­cu­la­tion dans les capil­laires, la flui­di­fi­ca­tion du sang, l’élasticité des vais­seaux san­guins et la concen­tra­tion des pla­quettes. Le Qi Gong aug­mente éga­le­ment la cir­cu­la­tion du sang dans le cer­veau.

Les recherches montrent aus­si que la pra­tique du Qi Gong a un impact sur la com­po­si­tion bio­chi­mique du sang.
C’est donc un bon outil de pré­ven­tion des mala­dies car­dio-vas­cu­laires.

Effets sur le cerveau

La pra­tique du Qi Gong, notam­ment sta­tique, induit une aug­men­ta­tion des ondes Alpha céré­brales, tra­dui­sant un état de tran­quilli­té.
Plus l’état de Qi Gong est pro­fond, plus les ondes se rap­prochent de 8 hertz, ce qui est très proche du niveau de 7,83 Hz, qui carac­té­rise le champ magné­tique ter­restre. Ain­si, le pra­ti­quant de Qi Gong har­mo­nise son Qi et celui de la terre, rejoi­gnant la théo­rie clas­sique du Qi Gong de l’unité de l’homme et de son envi­ron­ne­ment.

Effets psychologiques

La régu­la­tion de l’esprit, c’est à dire des pen­sées et des émo­tions, est une pra­tique essen­tielle en Qi Gong. L’activité men­tale mani­pule des mots et des images. Dans la pra­tique, il est cru­cial d’abandonner la pen­sée liée aux mots pour s’attacher à des per­cep­tions phy­siques, dans une zone pré­cise (le Dan­tian infé­rieur par exemple).
Les per­cep­tions nous per­mettent de nous connec­ter au moment pré­sent et ain­si de relier direc­te­ment le corps et l’esprit.

Une émo­tion est une atti­tude et une réac­tion com­por­te­men­tale face à une situa­tion ou rela­tion. Elle amène vers l’agitation ou le calme. La régu­la­tion com­por­te­men­tale de l’émotion va se faire dans le Qi Gong par le relâ­che­ment du corps et des muscles, et la concen­tra­tion de l’esprit.

Le lien direct entre l’esprit et la sphère émo­tion­nelle per­met aus­si de se connec­ter à une émo­tion posi­tive de joie et de tran­quilli­té, en évo­quant image ou sou­ve­nir adé­quat. La sta­bi­li­té émo­tion­nelle per­met­tra alors de ren­for­cer le pou­voir de concen­tra­tion, et la capa­ci­té à res­ter stable, décu­plant ain­si les béné­fices du Qi Gong tant sur le plan émo­tion­nel que cor­po­rel.

error: Alerte : contenu protégé !