La pra­tique du Qi Gong est par­ti­cu­liè­re­ment béné­fique durant la période de l’hi­ver. A tra­vers cet article nous vous pro­po­sons de décou­vrir des exer­cices de Qi Gong, et des « astuces » pour vous for­ti­fier et vous régénérer.

Le 7 novembre, selon le rythme cyclique du calen­drier chi­nois, nous sommes entrés dans l’Hi­ver. Même si,selon notre calen­drier occi­den­tal, nous sommes encore en Automne !

De façon invi­sible, la qua­li­té éner­gé­tique de l’Hi­ver est déjà pré­sente. Elle est carac­té­ri­sée par un mou­ve­ment de conden­sa­tion, de retour vers l’o­ri­gine (enta­mé en automne via l’éner­gie du Métal). La sève des­cend dans les racines, les graines retournent à la terre, la lumière dimi­nue, la tem­pé­ra­ture baisse tan­dis qu’une envie irré­pres­sible de res­ter sous la couette se fait sentir.

L’élément Eau

L’Hi­ver est asso­cié à l’élé­ment Eau, le plus Yin des 5 élé­ments de la tra­di­tion chinoise.

Dans de nom­breuses tra­di­tions, l’ap­pa­ri­tion de la vie se fait dans l’eau, ce que confirment d’ailleurs les scien­ti­fiques. La Vie est liée à l’Eau, indu­bi­ta­ble­ment. Mais l’Eau est aus­si la force de des­truc­tion natu­relle la plus incontrôlable.

L’Eau
Le meilleur de l’homme est comme l’Eau,
Qui pro­fite à tous et ne lutte avec personne,
Qui réside dans des lieux que les autres dédaignent,
En par­faite har­mo­nie avec la Voie,

Lao Tseu, Cha­pitre 8

L’Eau, sym­bole de vie et de mort, de début et de fin mais aus­si d’é­ter­nel recom­men­ce­ment. L’élé­ment Eau repré­sente la fin de tout cycle de vie, la des­cente vers la mort, mais aus­si la concen­tra­tion de toutes les poten­tia­li­tés, qui don­ne­ront nais­sance à une nou­velle vie, à l’i­mage d’une graine dans le sol. L’Eau, sans forme, peut s’a­dap­ter à toutes les formes.

Elle est sans limites, un espace infi­ni de poten­tiel. Prendre ce temps de repli et d’in­té­rio­ri­sa­tion de nos vies per­met de trou­ver un espace de liber­té, un temps de latence pour nour­rir notre créa­ti­vi­té : Alors posons-nous, pour repar­tir tout neufs au printemps !

En effet, cette période la plus Yin de l’an­née, est syno­nyme de baisse de la lumière, refroi­dis­se­ment, dor­mance et hiber­na­tion. Et loin d’être vu en terme néga­tif, il est un moment très impor­tant de l’an­née, où l’on stocke et l’on se régénère.

L’Hi­ver est donc un moment de calme et de repos : Prendre du temps pour soi, pour réflé­chir et se recen­trer sur ses prio­ri­tés, se repo­ser et se res­tau­rer aus­si. Ren­trons dans notre cocon…

Les reins

Dans la tra­di­tion chi­noise, l’Eau, est asso­ciée aux reins, véri­table  » bat­te­rie  » de l’or­ga­nisme, qui thé­sau­risent notre éner­gie, innée et acquise. C’est notre force vitale, celle qui nous per­met de  » don­ner un coup de rein « , de faire face avec cou­rage dans l’ad­ver­si­té ou le dan­ger. L’ab­sence de cou­rage abou­tit à la peur, émo­tion liée à l’élé­ment Eau, et qui en excès vient fra­gi­li­ser les reins.

Aus­si, soyons vigi­lants à ne pas vivre à « contre cou­rant », en res­tant dans un mode de vie trop Yang, voire hyper actif, ce qui est sou­vent le cas dans notre socié­té sur­tout en fin d’an­née, période de fêtes diverses. Ne pas suivre le rythme de la sai­son, c’est donc for­cé­ment venir fra­gi­li­ser l’éner­gie de nos reins, et épui­ser notre bat­te­rie. Alors se cou­cher tôt (avant 11 h le soir), faire une petite sieste après le déjeu­ner, pri­vi­lé­gier les acti­vi­tés calmes et en inté­rieur, faire du Feu si c’est pos­sible, per­met­tra de se res­tau­rer et de vivre cette sai­son dans la plénitude.

L’hi­ver, au-delà de sa dou­ceur, com­porte des risques : les refroi­dis­se­ments et leurs patho­lo­gies (rhume, grippe, etc), mais aus­si les dou­leurs des lombes, la fatigue, et la dépres­sion sai­son­nière par manque de lumière. Alors voi­ci quelques notions, et beau­coup de bon sens, pour vous accom­pa­gner dans l’Hiver.

Conseils pour bien vivre l’hiver

Résister au froid :

L’hi­ver, le corps va être sou­mis à la baisse des tem­pé­ra­tures, et va deman­der plus d’éner­gie pour être réchauf­fé. Notam­ment si vous avez une ten­dance à la fri­lo­si­té, il va fal­loir mettre en place une stra­té­gie  » réchauf­fante  » et protectrice :

  • Man­ger et boire chaud (fini le jus d’o­range gla­cé du petit déjeu­ner ou les gla­çons dans l’apéro !)
  • C’est aus­si, bien sur, se cou­vrir avant de sor­tir par grands froids : notam­ment les pieds et les reins qui doivent res­ter bien au chaud. (la  » cein­ture de rein  » de nos grands pères était une bonne idée); quitte à les sti­mu­ler avec une bouillotte en ren­trant le soir.
  • Au moindre refroi­dis­se­ment, buvez de l’in­fu­sion de Gin­gembre, pour vous réchauf­fer et faire sor­tir le froid qui est entré dans vos poumons.

La diététique de l’hiver :

  • Evi­ter les ali­ments de nature  » froide « , (les légumes et fruits de l’é­té : pas­tèque, melon, concombre, cour­gettes, radis, ana­nas, pam­ple­mousse, blé, huîtres, et les glaces)
  •  Pri­vi­lé­giez les ali­ments de nature  » tiède ou chaude  » (boeuf, cre­vette, mou­ton, pou­let, citrouille, fenouil, oignon, poi­reau, châ­taigne, noix, orge, millet, les légu­mi­neuses,) et rajou­ter des condi­ments qui réchauffent : gin­gembre, piment, can­nelle, poivre, voire une goutte d’al­cool fort par grand froid !
  • Modé­rez la saveur salée qui a une action simi­laire au mou­ve­ment de l’élé­ment « Eau » de la sai­son. A consom­mer donc en petite quan­ti­té pen­dant l’Hi­ver (non pas en rajou­tant du sel dans nos plats, mais en favo­ri­sant sans excès les mets natu­rel­le­ment salés), pour toni­fier nos reins. On la trouve dans les algues, les pois­sons et fruits de mer, le canard, l’orge…
  • On rajou­te­ra aus­si des ali­ments de cou­leur sombre, puisque le noir est asso­cié à l’élé­ment Eau : algues, sésame noir, hari­cots noirs, pommes de terre vio­lettes, oeufs de lumpe, pour sou­te­nir les reins.

Gérer nos peurs

La peur est l’é­mo­tion qui fra­gi­lise le plus les reins, alors soyons conscients de nos peurs, rela­ti­vi­sons-les en vivant dans le pré­sent, et évi­tons d’employer le mot  » peur  » dans notre lan­gage courant !

Le Qi gong en Hiver

  • L’élé­ment Eau est essen­tiel dans la pra­tique du Qi gong, puisque l’Eau main­tient le  » Jing « , notre essence pri­mor­diale, qui sou­tient la matière. En ren­for­çant notre corps phy­sique, en le toni­fiant et le réchauf­fant par des exer­cices de Qi Gong dyna­miques comme les Ba Duan Jin, nous ren­for­çons ses capa­ci­tés diges­tives et res­pi­ra­toires, et donc son apti­tude à récu­pé­rer de l’énergie.
  • Donc, contrai­re­ment à cer­taines idées reçues, le Qi Gong ne se doit pas for­cé­ment d’être lent et ato­nique. Au contraire, rame­nons du Yang (Feu) dans le corps, avec des petits mou­ve­ments rapides comme les oscil­la­tions et les balan­ce­ments, qui, pra­ti­qués long­temps (une ving­taine de minute) vont réchauf­fer et toni­fier le corps tout en relaxant le sys­tème nerveux.
  • On pra­ti­que­ra éga­le­ment des exer­cices de Qi Gong plus internes comme le Xi Sui Jin, pour ren­for­cer les os et nour­rir les moelles.
  • La pos­ture debout sym­bo­lise la force des reins. Ne dit-on pas d’ailleurs  » se rele­ver d’une épreuve « , ou d’une per­sonne équi­li­brée qu » elle est  » posée  » ? La pos­ture de l’arbre ou Zhan Zhuang Gong ren­force cette atti­tude, cette capa­ci­té à  » faire face « . Elle per­met de toni­fier tout par­ti­cu­liè­re­ment le dos et les jambes, où cir­culent les méri­diens du rein et de la vessie.

Exercices de Qi Gong en l’Hiver

  • Eti­rez le corps et les méri­diens : assis, jambes allon­gées devant vous, éti­rez vos bras au des­sus de votre tête, puis en gar­dant cette exten­sion, des­cen­dez devant vous, et posez vos mains sur les jambes ou attra­pez la plante de vos pieds. Ceci per­met de mettre en exten­sion les zones de pas­sage des méri­diens du Rein et de la Ves­sie pour les stimuler.
  • Res­pi­ra­tion de l’Eau : Faites des­cendre votre esprit dans le Dan Tian infé­rieur. Ins­pi­rez (len­te­ment) avec une légère pause à la fin de l’ins­pir (avec la sen­sa­tion de conser­ver votre éner­gie vitale). A l’ex­pi­ra­tion, videz les pou­mons par la bouche en for­mant un rond avec les lèvres comme si vous souf­fliez une bou­gie et « pous­ser » le souffle comme  pour net­toyer l’in­té­rieur. La res­pi­ra­tion abdo­mi­nale de l’Eau per­met de mas­ser dou­ce­ment les reins pour les renforcer.
  • Médi­ta­tion avec l’Eau : Frot­tez vos mains avec vigueur (mon­tée du Feu) et met­tez les face à face jus­qu’à que vous sen­tiez le champ d’éner­gie qui les connecte. Pre­nez un verre d’eau (de source de pré­fé­rence) entre vos  mains et fixez l’eau du regard. Connec­tez-vous à son essence via vos 5 sens et médi­tez sur ses qua­li­tés. Lais­sez l’éner­gie (Qi) de vos paumes char­ger l’eau petit à petit. Puis buvez cette eau en conscience comme si vous buviez à la fon­taine de jou­vence. Cette eau magné­ti­sée est un puis­sant allié de votre orga­nisme pour nour­rir votre éner­gie vitale.
  • Pra­tique quo­ti­dienne : le Qi Gong de la pos­ture de l’arbre sont par­ti­cu­liè­re­ment béné­fiques durant l’hiver.

Les auto massages de l’Hiver

  • Au moindre refroi­dis­se­ment, mas­ser vigou­reu­se­ment la zone lom­baire et la base de l’oc­ci­put, pour les réchauf­fer et lut­ter contre l’at­taque du froid dans le corps.
  • Points à sti­mu­ler pour aug­men­ter vos défenses immu­ni­taires :   » Zu San Li  » ou  » Point des trois lieues « (36 E)
  • Pour ren­for­cer l’éner­gie de vos reins, et vous redon­ner de la vita­li­té :  » Yong Quan  » ou  » Source jaillis­sante  » (1 Rn)

Très bel hiver à tous !

Les infor­ma­tions pro­po­sées dans cet article ne se sub­sti­tuent en aucun cas à un avis médi­cal auprès des pro­fes­sion­nels de san­té com­pé­tents. Les conseils pro­di­gués le sont à titre infor­ma­tif uni­que­ment. Tous les exer­cices décrits peuvent com­por­ter des risques. Ne ten­tez pas ces exer­cices si vous avez des condi­tions phy­siques, émo­tion­nelles ou men­tales qui pour­raient vous por­ter préjudice.