La diététique chinoise :

Elle s’inscrit dans le concept plus large de l’énergétique orien­tale. Ain­si, la nour­ri­ture est un des moyens d’harmoniser et de ren­for­cer son éner­gie, au même titre que le Qi Gong ou l’acupuncture. On rai­sonne donc tou­jours en terme d’équilibre du Yin et du Yang, et d’harmonisation des 5 élé­ments. Avec les arts éner­gé­tiques et la Méde­cine Tra­di­tion­nelle Chi­noise, la nour­ri­ture est un des prin­ci­paux moyens pour rechar­ger son éner­gie et sa vita­li­té.

D’où l’idée qu’il n’y a pas une façon cor­recte de se nour­rir, mais que cha­cun doit adap­ter sa cui­sine à son état éner­gé­tique et ses besoins, qui peuvent deplus varier avec le mode de vie, l’âge ou la sai­son…
Des conseils adap­tés à votre nature pour­ront vous être don­nés par un thé­ra­peute, après un bilan éner­gé­tique glo­bal.

Principes de base de la diététique chinoise :

  • Les deux organes prin­ci­paux de la diges­tion sont la Rate et l’Estomac. On consi­dère que l’Estomac, qui reçoit les ali­ments, va devoir les » cuire «, les chauf­fer pour les ame­ner à la tem­pé­ra­ture du corps, pour que celui-ci puisse ensuite les assi­mi­ler. Il va donc lui fal­loir une cer­taine éner­gie : le » feu diges­tif «, pour cette cui­sine, éner­gie qui sera envoyée par son com­plice la Rate. Si notre éner­gie est abon­dante, la diges­tion sera facile, mais si notre éner­gie est déjà faible, nous irons pui­ser dans la bat­te­rie de nos Reins. D’où le para­doxe : man­ger pour récu­pé­rer de l’énergie nous épuise. Ce qui explique la fatigue après les repas, ou la sen­sa­tion de froid, qui marquent une éner­gie défaillante de la Rate et des Reins. Plus on est fati­gué, et plus on aura donc inté­rêt à man­ger chaud ! Et à évi­ter les ali­ments de nature froide et humi­di­fiante.
  • Second prin­cipe, pour que la trans­for­ma­tion des ali­ments soit effi­cace, il faut que l’Estomac ne soit pas rem­pli, mais qu’il sub­siste une zone de « vide », afin que les par­ties » sub­tiles » des ali­ments puissent être extraites. En effet, au-delà des nutri­ments des ali­ments, nous extra­yions aus­si l’énergie des ali­ments, qui doit être de bonne qua­li­té.
  • Un ali­ment peut se carac­té­ri­ser par son Jing (sa vita­li­té), qui va décroître avec le temps de trans­port, les cou­pures pour les légumes, l’oxydation de l’air…La cui­sine dié­té­tique chi­noise pri­vi­lé­gie­ra donc tou­jours les ali­ments les plus frais et sains pos­sible.
  • Enfin, tou­jours selon les prin­cipes de l’énergétique chi­noise, les saveurs (acide, amer, douce, piquante, salée) vont avoir une action sur nos organes, nous devons donc équi­li­brer ces saveurs, tout excès de l’une va avoir des consé­quences sur un organe.
  • La nature des ali­ments : On clas­si­fie les ali­ments selon l’effet ther­mique qu’ils pro­duisent sur l’organisme. Froid, frais, neutre, tiède, chaud. Si l’on est de nature Yang, avec une ten­dance à avoir tou­jours chaud on pri­vi­lé­gie­ra les ali­ments de nature neutre et fraîche et on évi­te­ra les ali­ments chauds. Si l’on est plu­tôt fri­leux, ten­dance Yin, on choi­si­ra les ali­ments tièdes et neutres et on évi­te­ra les ali­ments froids. D’autre part, en hiver on pri­vi­lé­gie­ra les ali­ments tièdes et neutres, et en été les ali­ments frais et neutres.
  • Les cinq saveurs : Chaque saveur est asso­ciée à un élé­ment et un organe : consom­mée modé­ré­ment elle toni­fie l’organe asso­cié, en excès elle le blesse.
    L’acide est astrin­gent, il contracte et est asso­cié au Bois et au Foie.
    L’amer est assé­chant et rafraî­chis­sant . Il nour­rit le Cœur. En excès, il assèche et blesse les os.
    Le doux est relaxant, et cal­mant. Il nour­rit la Rate. En excès il la blesse et fra­gi­lise les Reins.
    Le piquant est dis­per­sant. Il fait cir­cu­ler le Qi et le Sang. Il toni­fie le Pou­mon. En excès, il le blesse et et affai­blit le Jing, la vita­li­té.
    Le salé ramol­li, assou­plit. Il toni­fie les Reins, en excès il blesse les Reins, le Cœur et la Rate.

De bonnes habitudes diététiques :

  • Nous consom­mons géné­ra­le­ment trop de sucre et de sel, voire trop d’acide. Rajou­ter de l’amer et du piquant pour équi­li­brer les 5 saveurs.
  • Limi­ter la consom­ma­tion d’aliments froids, voire gla­cés.
  • Limi­ter les élé­ments humi­di­fiants.
  • Limi­ter les viandes, graisses et pro­duits lai­tiers de vache.
  • Limi­ter les ali­ments raf­fi­nés. Plus ils sont trans­for­més, plus ils ont per­du leur Jing.
  • Adap­ter sa dié­té­tique au rythme des sai­sons :
    Prin­temps : il faut pré­fé­rer la saveur douce et limi­ter la saveur acide, pour ne pas bles­ser le Foie et sou­te­nir la Rate.
    Eté : les fonc­tions diges­tives fai­blissent, il faut évi­ter les ali­ments piquants et secs, man­ger léger, évi­ter le gras et les ali­ments trop riches, consom­mer davan­tage de fruits et de végé­taux, pour com­pen­ser les pertes de liquides dues à la cha­leur.
    Automne : dès que le temps se refroi­dit, on évite les ali­ments froids, on boit chaud pour limi­ter les risques d’accumulation d’humidité.
    Hiver : c’est la période où l’énergie est la plus inté­rio­ri­sée, où l’on va plus accu­mu­ler, sto­cker, res­tau­rer l’énergie. On évite les ali­ments froids, on cui­sine les ali­ments toniques, et riches en Jing. Les graines, les légu­mi­neuses, les fruits secs.

Pra­ti­quez la Dié­té­tique du Dao, au même titre que le Qi Gong ou les arts mar­tiaux !

Loin d’un régime aus­tère et rigo­riste, on cherche à évi­ter les extrêmes : ni trop, ni trop peu. On cherche à équi­li­brer les 5 saveurs, mais aus­si les 5 cou­leurs et les 5 tex­tures, pour nour­rir les 5 organes prin­ci­paux : Cœur, Rein, Rate, Foie, Pou­mon.

Se nour­rir devient ain­si une façon d’entrer en réson­nance avec la Nature et l’énergie du Monde.
Bon appé­tit !

Bibliographie :

Cet article prend ses sources dans  :

Mohammed Saïah

Auteur / Enseignant de Qi Gong - Nei Gong chez Atelier Qiétude
Passionné par la tradition chinoise et les arts énergetiques de préservation de la santé (Yang Sheng) j'anime ce site et écris des articles sur le site de l'Atelier Qiétude (www.cours-qigong.fr) quand je ne suis pas en train d'enseigner le Qi Gong / Nei Gong à Nantes.

Copyright : Les liens vers nos articles sont appréciés mais aucune copie n'est permise sans notre consentement écrit.

Les derniers articles par Mohammed Saïah (tout voir)

A explorer :

error: Alerte : contenu protégé !
Phasellus at adipiscing Donec mattis neque. consequat. Curabitur libero dolor. Aenean